Vous êtes ici :   Accueil » Epidémiologie
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Contact Soutien Aide Dialogue

Soutien Aides Dialogues

Afin que notre association ARAMISE poursuive son travail d’écoute, de dialogue et d’aide auprès des malades de l’AMS et de leurs familles, dans la mesure de ses moyens actuels.

Vous pouvez, en cas de besoin, envoyer un mail à l’une des personnes de l’équipe :

Pour nous contacter par email veuillez utiliser l'un des destinataires ci-dessous.
Cliquez sur l'enveloppe.

Mail2.png  Hélène Masure

Mail2.png  Véronique DREYFUS

Mail2.png  Annie CHAREYRE

 ↑  
L'AMS
L'Association
Activités ARAMISE
Faire un don
Soutien Aides Dialogues

Soutien Aides Dialogues

Afin que notre association ARAMISE poursuive son travail d’écoute, de dialogue et d’aide auprès des malades de l’AMS et de leurs familles, dans la mesure de ses moyens actuels.

Vous pouvez, en cas de besoin, envoyer un mail à l’une des personnes de l’équipe :

Pour nous contacter par email veuillez utiliser l'un des destinataires ci-dessous.
Cliquez sur l'enveloppe.

Mail2.png  Hélène Masure

Mail2.png  Véronique DREYFUS

Mail2.png  Annie CHAREYRE

Partenaires
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.ams-aramise.fr/data/fr-articles.xml

AMS-ARAMISE

Association pour la recherche sur l'atrophie multisystématisée.

D'après la conférence prononcée par le Professeur Tison, coordonnateur du comité scientifique de l'association, lors de la première assemblée générale d'ARAMISE qui s'est déroulée le 2 avril 2003 à l'hopital Broussais à Paris
Nous avons fait le choix de conserver sans modification le contenu de l'allocution orale, même s'il se prête mal à une transcription écrite.


Ce n'est pas simple de faire l' épidémiologie de la MSA.
Il faut se rendre compte qu'il n'y a pas assez de patients atteints de MSA pour faire une enquête uniquement sur la MSA parce que ça demande énormément de moyens et donc en général on groupe plusieurs maladies.
 

 

Il y a deux équipes qui ont vraiment débuté concernant l' épidémiologie de la MSA, c'est l'équipe allemande de Claudia Grimwalder et une équipe américaine de Dimitri Maraganov à la Beyo Clinic qui ont regardé le nombre d'AMS sur une région particulière . Il s'agissait aussi de l' épidémiologie d'un autre syndrome parkinsonien atypique qui est la paralysie supranucléaire progressive. Ensuite il y a une étude d'Annette Shrag et de Niel Quinn à Londres, et au même moment, nous avons fait une étude sur l'ensemble de l'Aquitaine.

A Londres, à partir de dix mille médecins généralistes, ils ont trouvé une prévalence de la MSA d'environ, on va dire cinq, avec un intervalle de confiance extrèmement large - l'intervalle de confiance c'est la fourchette comme pour les élections - je crois que c'était de 1,5 à 8,5. Tout simplement parce qu'ils ont récupéré, si je me rappelle bien, six MSA en interrogeant dix mille médecins généralistes. Avec des petits nombres comme ça, c'est beaucoup d'énergie pour rien, et évidemment les fourchettes sont très larges.

En Gironde, nous avons trouvé une prévalence d'un peu plus de 2 pour cent mille avec une fourchette qui était entre 1 et 3. On avait quand même un nombre important puisqu'on avait environ 35 MSA.

Actuellement il n'y a aucune raison de penser que la maladie puisse être familiale, puisse être héréditaire, puisqu'il n'y a quasiment pas de cas convaincants familiaux. C'est sous tout réserve puisqu'il y a plusieurs maladies comme ça - surtout quand elles sont rares - pour lesquelles on a pensé d'abord que c'était sporadique, et après on s'est aperçu qu'il y avait probablement quelques facteurs génétiques multifactoriels. Mais, dans l'atrophie multisystématisée ce serait vraiment une surprise qu'il y ait un facteur génétique unique. Je pense qu'on peut décemment l'exclure avec une grande probabilité. Sinon on aurait vu des cas familiaux ce qui n'est vraiment pas le cas.

On a beaucoup cherché les facteurs environnementaux. Le problème c'est qu'actuellement les études n'ont pas assez de puisance pour mettre en évidence des facteurs environnementaux. On est bloqué par le nombre de patients insuffisant. Ce qui veut dire deux choses :

D'abord qu'il va falloir faire des enquètes épidemiologiques internationales. Il y en a qui sont en cours aux Etats-Unis et en Europe aussi.

D'autre part qu'il n'y a pas un facteur environnemental qui saute aux yeux, évident. Ça c'est quand même quelque chose d' important. Il peut y avoir plusieurs facteurs liés à l'environnement mais il n'y en a pas un qui vraiment saute à la figure, sinon même avec un petit nombre de patients, on l'aurait repéré s'il était évident. Donc, dans l'apparition de la maladie, il va peser pour une faible part, quoiqu'il arrive.


 

pencil.png Ecrit par :  Alberte Bonnet

calendar.png Le :  14/04/2008


Dernière modification : 27/12/2013 @ 14:03
Catégorie : - La Maladie
Page lue 6459 fois

Vous êtes ici :   Accueil » Epidémiologie
 
 
Forum RareConnect

Forum Français

Cliquer sur l'image pour l'accès au forum.

RareConnect

Archives Nouvelles

+ Année 2017
 -  Année 2017
+ Année 2016
 -  Année 2016
+ Année 2015
 -  Année 2015
+ Année 2014
 -  Année 2014
+ Année 2013
 -  Année 2013
+ Année 2012
 -  Année 2012
+ Année 2009
 -  Année 2009
 Octobre 2009
 Avril 2009
+ Année 2008
 -  Année 2008
Visites

 71270 visiteurs

 1 visiteur en ligne

n° de déclaration à la CNIL : 1137552
© Le site, son contenu, images, articles sont la propriétés exclusive de l'Association AMS-ARAMISE