En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Centre de Référence maladie rare Atrophie Multisystematisée

Mise à jour des coordonnées, et des  liens (Octobre 2016)

CHU Toulouse - Bordeaux - Pessac

  logo_cdref.jpg

Centre de référence 
Bordeaux
CHU Bordeaux - Pessac
Professeur TISON
Hôpital Haut - Lévêque
Bât USN, 1er étage
Avenue Magellan
33604 Pessac Cedex

N° Standard unique : 05 56 79 56 79
 

Voir Organisation du Centre de Référence AMS de Bordeaux
Centre de référence de l’atrophie multi systématisée
Centre de Référence AMS  Toulouse,
Pr Olivier RASCOL,
coordonnateur Service de pharmacologie
CHU Purpan
Place de Dr Baylac
Pavillon Riser
31059 Toulouse

N° Standard : 05.61.77.22.71

(Permanence : le lundi de 8h à 16h, le mardi de 8h à 11h30 et le jeudi de 8h à 16h )

Voir l' Organisation du Centre de Référence de Toulouse

en 2007

Création d'un Centre de Référence spécifique à l'AMS sur deux sites : TOULOUSE et BORDEAUX

Bonne nouvelle ! Les CHU de Toulouse et Bordeaux ont été labellisés Centre de référence maladies rares pour l’atrophie multisystématisée. Il s’agit là d’une forme de reconnaissance par les pouvoirs publics du statut de la maladie et des spécificités de la prise en charge mais aussi de l’investissement de nos équipes dans le domaine. Il s’agit aussi de moyens supplémentaires alloués aux équipes pour la prise en charge, même si le budget initialement prévu a été réduit de moitié.

Quelles sont les missions de ces Centres ?
Ces centres ont une vocation régionale et leur compétence couvrira le grand sud-ouest (régions Aquitaine et Midi-Pyrénées) selon les missions générales suivantes :démarche d’amélioration mutuelle des procédures diagnostiques, d’annonce du diagnostic, de la filière de soins, évaluation des stratégies thérapeutiques, prise en charge pluridisciplinaire médicale et paramédicale, amélioration de l’information et de la formation des personnels de santé, recherche. Les 2 centres mettront en place des démarches et outils communs ou complémentaires.

Ce que ne pourront pas faire les Centres
Les moyens alloués et le mode de fonctionnement des centres ne permettront malheureusement pas une prise en charge directe des patients à l’échelon national. Cependant par l’identification des réseaux de prise en charge locale, par la diffusion des procédures et outils mis en place, par la coordination de recherches cliniques et thérapeutiques les centres contribueront indirectement à la meilleure prise en charge nationale de la maladie.
A titre d’exemple, la mise en place d’un essai thérapeutique national monitoré par les centres labellisés aboutira de facto à l’identification nationale de centres « experts » et à la diffusion et à l’harmonisation des outils et procédures de prise en charge. De plus, cette labellisation permettra de constituer une base solide à l’obtention d’autres soutiens nationaux ou internationaux pour une meilleure compréhension et une meilleure prise en charge de la maladie.

En pratique ?
La mise en place des centres est prévue début 2007 avec le recrutement d’un demi-équivalent temps plein de médecin neurologue, d’infirmière et d’ergothérapeute dans chaque centre, ces 3 personnes constitueront le « noyau » dur de chaque centre. Les centres seront aussi renforcés en fonction des moyens et opportunités par des vacations de kinésithérapeute, de psychologue, d’assistante sociale, et de médecins spécialistes du système nerveux autonome (Toulouse) ou urogénital (Bordeaux). Un secrétariat dédié aux activités structurelles du centre (documents communs, rédaction de projets, etc.) sera situé au CHU de Toulouse.
Une des vocations des centres sera, bien sûr, de maintenir un lien constant de collaboration et de diffusion de l’information auprès des associations de patients, et donc en l’occurrence ARAMISE.

Professeur RASCOL, CHU Toulouse
Professeur TISON, CHU Bordeaux


Visites

 101214 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Notre politique de protection des données
Site réalisé par l'Association AMS-ARAMISE, ; rédaction : Catherine Mallevaës-Kergoat, mise en page : Jacques Vairon.
Remerciements à Reynald qui, après avoir assuré pendant plusieurs années la maintenance du 1ier site d’ARAMISE, nous a aidés à mettre en ligne sa version rénovée.