En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

La dysautonomie / Sympathique, parasympathique

En savoir plus...

Sympathique, parasympathique :
les deux composantes complémentaires du système nerveux autonome touchées par l'AMS

Le système nerveux autonome est une des deux composantes du système nerveux périphérique (SNP), celui qui parcourt tout notre corps, à l'extérieur du cerveau et de la moelle épinière. On peut y ajouter le système nerveux entérique situé essentiellement à l’intérieur de l’intestin et baptisé « 2ième cerveau ».
Ce SNP fait circuler l'information entre les organes et le système nerveux central (SNC), constitué, lui, du cerveau et de la moelle épinière.
À l'inverse du SNC, le SNP n'est pas protégé par les os du crâne et de la colonne vertébrale. Il n'est pas non plus protégé par la barrière hémato-encéphalique qui assure l'isolation du SNC. Ce manque de défense laisse le SNP beaucoup plus exposé aux lésions mécaniques et aux toxines.

SchemaSN2.png

Le système nerveux autonome contrôle les fonctions « automatiques » (ou végétatives, c’est-à-dire non volontaires) du corps, comme la régulation de la température, la pression sanguine, le fonctionnement de la vessie et du tube digestif, la sudation, etc…. Il assure l’homéostasie, c’est à dire la permanence et les équilibres au sein de l’organisme, quelles que soient les conditions extérieures, et cela grâce à l’action antagonique de deux systèmes complémentaires :

► Le système nerveux sympathique ou orthosympathique ou adrénergique, est responsable du contrôle d'un grand nombre d'activités automatiques de l'organisme, telles que le rythme cardiaque ou la contraction des muscles lisses qui constituent la paroi des artères, du tube digestif, des bronches, de la vessie …

SNA2.png
Comme on le voit sur le schéma, le système sympathique est organisé à partir de chaînes de ganglions situées au long de la colonne vertébrale. Chaque ganglion est un nœud d’échanges entre des neurones qui communiquent, au niveau d’une zone de contact appelée synapse, grâce à une chimie complexe de neurotransmetteurs : dopamine, acétylcholine, noradrénaline, adrénaline.
Les fonctions du système nerveux sympathique permettent, d'une façon simplifiée, de préparer le corps humain à l'action, «flight or fight», « fuite ou combat ».
Ainsi l'activation du système sympathique peut provoquer les effets suivants :
• tachycardie (augmentation de la fréquence cardiaque),
• augmentation de la pression artérielle,
• ralentissement du péristaltisme (mouvements intestinaux) ;
• vasoconstriction périphérique (contraction des vaisseaux au niveau de la peau),
• stimulation des glandes sudoripares, entrainant une augmentation de la sudation,
• stimulation de la libération de glucose par le foie,
• augmentation de la sécrétion d'adrénaline et de noradrénaline par les glandes surrénales,
• relaxation de la vessie (dilatation),
• stimulation de l'éjaculation,
• broncho-dilatation (augmentation du diamètre des bronches),
• mydriase (dilatation des pupilles).
L’équilibre du système orthosympathique / parasympathique est en permanence orchestré, régulé, notamment au niveau de l’hypothalamus, chez les personnes en bonne santé.


► Le système parasympathique ou système vagal est responsable du ralentissement de la fréquence cardiaque, de l'augmentation des sécrétions digestives, du rythme du transport et de la digestion des aliments dans le système digestif. Constitué de longs nerfs issus du tronc cérébral à la base du cerveau et de la moelle épinière pour les uns, au niveau du sacrum pour les autres, il est impliqué dans le maintien des grandes fonctions biologiques telles que l’économie d’énergie, le stockage…

Une stimulation parasympathique provoque les effets suivants :
• bradycardie : ralentissement du rythme cardiaque comme dans le cas du malaise vagal,
• augmentation du péristaltisme intestinal,
• augmentation des sécrétions gastriques, salivaires et intestinales,
• relâchement de la plupart des sphincters du tractus gastro-intestinal, c’est-à-dire sur tout le parcours des aliments, de la bouche à l’anus,
• myosis : diminution à moins de 4 mm du diamètre de la pupille.

Le neurotransmetteur en jeu dans la circulation des informations au sein du système parasympathique n’est pas la dopamine mais l'acétylcholine.


Visites

 155559 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Notre politique de protection des données
Site réalisé par l'Association AMS-ARAMISE ; rédaction : Catherine Mallevaës-Kergoat, mise en page : Jacques Vairon.
Remerciements à Reynald qui, après avoir assuré pendant plusieurs années la maintenance du 1ier site d’ARAMISE, nous a aidés à mettre en ligne sa version rénovée.