En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
bannerfans_4.png

L'étude ASPIRE-MSA

En savoir plus...

Vous êtes intéressé(e), qui joindre ?

Madame Amel Drif

05 61 77 92 97

05 61 77 91 03 (Secrétariat)

amel.drif@inserm.fr

Amel Drif assurera pour vous le contact avec le Centre investigateur de plus proche de votre domicile et organisera votre première prise de rendez-vous.

Les coordonnées des centres participants

L'essai Aspire-MSA sur le site Clinical Trials (en anglais)

 

Nous sommes invités à y prendre part :

 

L’étude ASPIRE-MSA va comparer l’évolution, sur 1 an, de personnes malades et non-malades

Le Centre de référence de l’AMS invite les patients, aidants et proches, à rejoindre les 8 personnes volontaires qui participent déjà à l’étude ASPIRE-MSA. Une recherche qui vient de commencer, sous la conduite des Professeurs Olivier Rascol et Wassilios Meissner.

Outre les deux sites du Centre de référence, Toulouse et Bordeaux, 6 centres de compétences de l’AMS participent à ce travail : Clermont-Ferrand, Lille, Lyon, Marseille, Paris, Strasbourg. D’autres hôpitaux devraient prochainement les rejoindre.

ASPIRE-MSA n’est pas l’essai thérapeutique d’un médicament, mais un travail qui doit permettre, sur un an et en 3 temps de visite médicale, de mieux comprendre la maladie et son évolution pour mieux préparer de futurs traitements.

L'étude est le fruit d’une collaboration entre les équipes du centre de référence français. Elle est financée par une société pharmaceutique qui développe des stratégies thérapeutiques innovantes dans les maladies neurodégénératives. Ces travaux devraient, à terme, conduire à des essais cliniques de futurs traitements dont les chances de succès seraient améliorées

Le travail sur les « biomarqueurs » dans l’AMS est au cœur de l’étude ASPIRE-AMS qui va concerner 60 volontaires, 40 personnes souffrant d’AMS et 20 personnes indemnes. Les neurologues vont comparer l’évolution sur un an des données d’imagerie cérébrale entre une personne malade et une personne, de même âge et de même sexe, non touchée par l’AMS.

Qu’est-ce qu’un bio-marqueur ?

La connaissance de l’AMS, de ses mécanismes et de ses évolutions, son diagnostic-même, se heurtent à plusieurs difficultés.
D’une part, s’agissant d’une maladie rare, le nombre de cas que les neurologues peuvent étudier est limité.
D’autre part, les chercheurs n’ont pas encore trouvé de « marqueur biologique », issu de l’imagerie cérébrale, du sang ou du liquide céphalo-rachidien. . « Signature » de l’AMS, ces marqueurs permettraient un diagnostic plus sûr, de mieux différencier l’AMS des pathologies voisines, mais aussi d’en mieux surveiller l’évolution et de mieux appréhender l’action de futurs médicaments.

En attendant que les recherches de biomarqueurs progressent, les données issues de l’imagerie médicale, IRM, Dat-Scan, peuvent dans une certaine mesure les remplacer et tenir lieu de « biomarqueurs de substitution ». Sachant qu’aujourd’hui les images sont de plus en plus précises, et que, de plus, elles ne sont plus seulement observées par l’œil humain.
Qu’il s’agisse d’images fixes du cerveau, par fines coupes virtuelles, ou d’images animées qui donnent à voir le métabolisme d’un cerveau en activité, les images sont désormais analysées par des outils d’intelligence artificielle qui en tirent de très nombreuses informations.

 

■ Comment se passera pour les volontaires l’étude ASPIRE-MSA ?

● 3 temps d’examens, espacés de 6 mois, au début, à 6 mois et à 12 mois, avec à chaque fois, une IRM et une scintigraphie cérébrale, DaT-scan, qui permet d’étude la neurotransmission dopaminergique dans le cerveau, au sein des noyaux gris centraux (striatum).
S’ajoutent à ces examens d’imagerie, mais seulement pour les patients, des examens cliniques, une prise de sang, et, à titre facultatif, si le patient l’accepte, un prélèvement de liquide céphalo-rachidien. Ces prélèvements visant à des dosages de protéines.

● Une hospitalisation de 2 jours pour chacun des 3 temps de test. Les frais de transport, de restauration et d’hôtellerie sont pris en charge. Les « volontaires sains », se verront accorder une indemnité financière dont le montant a été approuvé par un Comité de Protection des Personnes.

● Les premières inclusions ont commencé, elles se poursuivront jusqu’en avril 2021. L’observation des volontaires se terminera en avril 2022. L’exploitation des données nécessitera 6 mois de travaux menés en collaboration par plusieurs équipes :

○ les données cliniques par les équipes du centre de référence AMS de Toulouse et de Bordeaux,
○ les analyses de sang et de liquide céphalo-rachidien en collaboration avec le centre Paracelsus-Elena-Klinik Kassel et le Centre médical universitaire de l’Université de Gottingen, en Allemagne, sous la responsabilité du Pr Brit Mollenhauer,
○ les analyses de l’IRM et de la scintigraphie cérébrale, en lien avec le Centre de neuro-imagerie de Toulouse, par l’équipe TONIC, « Toulouse Neuro Imaging Center », (Unité Inserm 1214), sous la responsabilité du Pr Pierre Payoux,
○ les analyses statistiques avec le concours de l’Unité MeDatas du Centre d’investigation clinique de Toulouse.

■ Qui peut y participer ?

ASPIRE concerne des patients AMS et des sujets témoins, âgés entre 30 et 80 ans. Les candidatures sont individuelles, mais, par exemple, un couple malade-aidant s’est proposé et a été inclus dans l’étude.

● les volontaires non malades, sujets contrôles, doivent ne pas présenter de pathologie neurologique connue.

● les patients volontaires font l’objet de conditions d’inclusion précises qui seront évaluées pour chacun par le service de neurologie impliqué. Il s’agit notamment de la durée de la maladie : les premiers troubles ne doivent pas remonter à plus de 5 ans

■ Comment faire pour participer ?

La liste des villes concernées et des hôpitaux impliqués, dans la rubrique « en savoir plus » ci-contre, sera complétée quand de nouveaux sites s’engageront.

Pour toute information complémentaire, et sans engagement, sur cet essai, mais aussi pour faire connaître votre souhait de participer à l’étude  :
Madame Amel DRIF - Attachée de recherche clinique  
Centre d’investigation clinique Hôpital Purpan à Toulouse
Tél : 05 61 77 92 97 / 05 61 77 91 03 (Secrétariat) - amel.drif@inserm.fr

Amel Drif assurera pour vous le contact avec le Centre investigateur de plus proche de votre domicile et organisera votre première prise de rendez-vous.


Glossaire

Dat-SCAN

La scintigraphie cérébrale à l'ioflupane, plus couramment nommée par le nom commercial du radiotraceur utilisé (DaTSCAN), est une imagerie cérébrale fonctionnelle qui étudie le système dopaminergique et qui est proposée pour le diagnostic de la maladie de Parkinson et les maladies apparentées

En savoir plus sur  Wikipédia

Imagerie par Résonance Magnétique

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est une technique d'imagerie médicale permettant d'obtenir des vues en deux ou en trois dimensions de l'intérieur du corps de façon non invasive avec une résolution en contraste1 relativement élevée. En imagerie médicale, l'IRM est principalement dédiée à l'imagerie du système nerveux central (cerveau et moelle épinière), des muscles, du cœur et des tumeurs.

En savoir plus sur Wikipédia : Wikipédia

Striatum

G_Striatum.jpgStructure cérébrale constituée de nombreux faisceaux de fibres qui lui donnent un aspect strié, d'où son nom